lundi 26 mars 2007

Medjugorje et les OVNI : quelques analogies et des indicateurs

Texte par Eric

Quelques nouvelles réflexions suite à la lecture du livre d’Henri Joyeux et René Laurentin, intitulé « Études médicales et scientifiques sur les apparitions de Medjugorje » (première édition de 1985). Le cas des apparitions mariales à Medjugorje illustre bien les notions d’endosystème et d’exosystème proposées par Lucadou. Les voyants, c’est-à-dire les jeunes (à l’époque, au début des années 1980) qui voyaient et discutaient avec la Vierge, étaient les seuls à voir le phénomène, alors qu’ils étaient souvent entourés par de très nombreux observateurs, qui eux ne voyaient rien. Les voyants se disaient en contact avec une personne réelle en 3 dimensions, qui parle, et qu’ils pouvaient toucher.

Henri Joyeux, médecin, procéda à de nombreux tests scientifiques sur les voyants, y compris des lectures d’encéphalogrammes durant les apparitions. Or, il est apparu clair que les voyants n’étaient pas en état altéré de conscience, ou du moins pas dans un état fortement altéré. D’autres tests sur l’audition ont été faits durant les apparitions en mettant des écouteurs avec 90 db, et le voyant n’entendait que la Vierge lui parler. Même scénario avec la vision, alors que l’on mit un écran devant le visage des voyants, et ils continuaient de percevoir la Vierge sans le moindre changement. Ainsi, Joyeux et Laurentin conclurent que le phénomène était en relation avec les voyants en contournant leur système sensoriel pour atteindre directement leur système cognitif. Il me semble ici y avoir une leçon importante pour comprendre les rencontres rapprochées du 3e type (y compris les enlèvements, qui à mon avis sont faussement appelés du 4e type). Par exemple, il ne serait pas étonnant que Betty et Barney Hill n’aient jamais quitté leur automobile durant leur expérience de 1961, mais qu’ils aient effectivement « perdu » 3 heures sur le bord de la route dans un état semblable à celui des voyants de Medjugorje.

Ainsi, malgré un appareillage scientifique et des tests physiques poussés, les observateurs et disons ici les « sujets psi » de Medjugorje n’étaient pas dans le même univers, et l’univers des sujets n’était pas accessible aux observateurs. Nous avons donc ici un bel exemple d’endosystème et d’exosystème. Le seul moyen de pénétrer un tant soi peu l’univers des sujets, comme le remarque judicieusement Laurentin, est par la théologie catholique romaine qui s’intéresse à la Vierge. Mais est-ce que bien comprendre l’univers des sujets permet de développer une meilleure compréhension du phénomène? Un peu, mais seulement dans la mesure où on peut mieux comprendre la signification de l’évènement autant pour les témoins que dans sa dimension sociale. Encore une fois, connaître les témoins nous est une étape essentielle pour comprendre la signification du détail de ce que les témoins rapportent. Je m’explique.

Les témoins, dans le cas de Medjugorje, étaient jeunes et croyants, dans une société marxiste où s’afficher comme croyant était un acte beaucoup plus que personnel, c’était un acte de courage (comme le mariage de Betty et Barney dans les années 1960). Ensuite, le détail de l’apparition est celui de la Vierge selon l’iconographie habituelle. Il y a ici un élément social et culturel évident dans la nature de l’apparition (car si on suppose que Marie ait vraiment existé, une femme sémitique du 1er siècle aurait les cheveux noir, probablement frisés, avec les yeux brun foncé, et la peau basanée, et non pas le « look » européen avec des yeux bleu). Aussi, il est intéressant de lire la description que les jeunes en donnent en disant que la Vierge à l’air « normale » (c.-à-d. caucasienne).

On peut faire deux hypothèses ici, comme en ufologie. Soit il y a une entité qui choisie une apparence qui sera compréhensible pour les témoins (HET au 2e degré), ou bien les témoins à travers une expérience psi projettent un cadre de référence qui leur est sensé (HPP). Le phénomène psi peut quand même prendre une certaine autonomie (comme dans le cas des vagues d’OVNI) et être perçu autrement par d’autres. Et en effet, à Medjugorje il y a plusieurs témoins qui ont affirmé voir des lumières, en particulier sur une croix se trouvant sur une des collines, visible de Medjugorje.

Une dernière analogie entre les apparitions et les OVNI est au niveau du psi social. Les évènements de Medjugorje ont eu une signification sociale (qui ne peut se confirmer qu’après coup), mais on peut donc supposer que du psi social soit en partie à la source du phénomène. Les premières apparitions eurent lieu en juin 1981, soit 13 mois après le décès de Tito, l’homme fort de la Yougoslavie. La mort de Tito fut un des éléments déclencheurs du démembrement du pays et de la guerre civile du début des années 1990. Est-ce que la mort du dictateur yougoslave créa de l’anxiété, car les plus astucieux savaient que le pays était un construit artificiel où les tensions ethniques n’ont jamais disparu ? En tout cas, la question mérite d’être posée.

Ainsi, d’un point de vue de recherche ufologique (HPP), il me semble possible de proposer quelques indicateurs qualitatifs à tester:

- Un phénomène psi peut avoir une signification sociale, mais elle ne sera pas nécessairement comprise lors des évènements. Il peut y avoir un délai entre les évènements et la possibilité de percevoir sa signification sociale, mais il y aura concomitance entre des évènements sociaux spécifiques et le phénomène psi ;
- Un phénomène psi ayant une signification sociale sera en partie d’origine sociale, et lié à sentiment d’insécurité collective (appréhension de conflits sociaux, y compris la guerre) ;
- Le contenu d’une expérience macro psi a un caractère symbolique qui ne peut s’interpréter qu’en ayant une bonne connaissance de qui sont les témoins ;
- Dans le cas d’une expérience macro psi qui aurait aussi une signification sociale, le contenu symbolique mélangera des contenus plus propres aux témoins et d’autres plus proprement sociaux. L’interprétation du symbolisme aura deux niveau de signification, à savoir un psychologique et l’autre sociologique.

3 commentaires:

Raoul a dit…

Bonjour,

je ne sais pas si on peut parler de "phénomène psi" et encore plus de "psi social" dans ce cas-là. Même s'il s'agit d'une gigantesque construction sociale autour d'un phénomène apparemment psi, la lecture qui en est faîte ici mériterait d'être étayé sur des témoignages plus fiables que celui du Dr Joyeux, qui prétendait un temps mesurer des véritables extases physiologiques.

Je ne peux que conseiller, sur le cas de Medjugorie, l'étude et la contre-étude du québecois Louis Bélanger. Il montre que les mesures physiologiques obtenues par Joyeux peuvent être provoqués en laboratoire sans qu'il s'agisse pour autant d'une "extase religieuse". L'enquête de Louis Bélanger est la plus complète sur les premiers instants de l'apparition, ses raisons psychologiques (la voyante inductrice vient de perdre sa mère la semaine dernière, avant de voir la vierge), et les manigances socio-politiques qui suivent. Son livre, paru en anglais et en français http://psiland.free.fr/biblio/description/bel-si1fr.html, est encore disponible à ma connaissance en s'adressant directement à lui : http://www.psilog.net/ (je possède aussi son adresse privé)

On peut se faire une idée de son travail en téléchargeant gratuitement une émission de radio récente : http://psiland.free.fr/sud_radio/20060715.htm

Raoul a dit…

J'oubliais de rajouter que l'étude du caractère social des apparitions peut passer par une démarche du type de l'équipe de Georges Bertin, anthroposociologique (livre : Apparitions/Disparitions, dans lequel participe Pascale Catala).

Malheureusement, il faut encore se "forcer" à inclure la question de la réalité et de la matérialité des phénomènes.

La signification sociologique du phénomène psi n'intervient-elle pas toujours après coup ? Dans l'étude de Bertin, on a l'impression que ce sont vraiment des problèmes idiosyncrasiques qui sont récupérés et colorés socialement, dans des proportions parfois gigantesques, épidémiques...

Stéphan Keel et Eric Vallée a dit…

Merci pour l’info sur les recherches de Louis Bélanger, et de Georges Bertin. Je vais y voir.

Ce que je trouve intéressant dans le cas de Medjugorje c’est justement la matérialité du phénomène qui se manifeste seulement pour les « sujets psi », mais pas pour les autres observateurs. Au-delà des questions théologiques, il y a ici une piste intéressante à suivre, et qui me semble utile pour étudier les cas « d’enlèvements par les extra-terrestres », et autres rencontres rapprochées. En un sens, la sincérité de tant de témoins crédibles et le manque flagrant de preuves pourraient se résoudre si on peut démontrer « une objectivité dans la subjectivité ». En d’autres mots, il se passe quelque chose uniquement dans « la tête » des témoins, mais ce « quelque chose » n’origine pas entièrement de « la tête » des témoins. Ce n’est qu’une piste de recherche, mais elle me semble valoir le coup.