vendredi 23 février 2007

Autres réflexions sur le MPI de Lucadou appliqué aux OVNI

Texte par Eric

Comme dans le cas des poltergeists étudiés par Lucadou, il me semble que les OVNI doivent aussi être considérés comme un « ‘fait social total’, selon le concept de Mauss, en ce que tous les facteurs, qu’ils soient psychologiques, physiques, culturels, sociaux, intra- et inter-individuels, normaux ou paranormaux, etc. comptent, non pas seulement comme objet d’étude, mais comme partie prenante du phénomène déclencheur ». (Travail de recensement anonyme et non publié)

Mais le modèle de Lucadou demeure fortement inspiré de la psychologie empirique, laquelle approche ne me semble pas nécessairement la meilleure pour étudier le phénomène OVNI. En premier lieu, il n’y a pas de sujet psi en ufologie, car il ne s’agit pas d’un cadre expériemental. Ensuite dans le cas du psi spontané, il n’est pas clair s’il y a l’équivalent d’un agent du poltergeist ou d’une personne focale en ufologie. Dans les cas où les témoins disent avoir une relation particulière avec un OVNI comme dans le cas de rencontres rapprochées du 3e type (RR3), il est possible d’étendre le modèle de Lucadou à l’ufologie. Mais dans les cas où il y a de multiples témoins dispersés sur un large territoire, le concept de personne focale ne me semble plus être utile.

La question des observateurs est aussi problématique. Dans le cas d’OVNI il est impossible de déterminer si parmi de multiples témoins il y a des observateurs (naïfs ou critiques) et une personne focale. Ils sont tous des témoins. À quelques exceptions près, dans les expériences OVNI qui impliquent des RR3, il n’y a qu’un seul témoin, ou bien les témoins ont une expérience similaire. Par exemple, peut-on dire que Betty Hill fut la personne focale, alors que son mari Barney aurait été un observateur naïf? Je ne pense pas que l’on puisse faire une telle distinction. Le seul cas qui me vient à l’esprit est celui, controversé, du travailleur forestier américain Travis Walton qui aurait été enlevé par un OVNI en 1975, alors que ses collègues témoins des évènements n’ont pas été enlevés.

Peut-être que dans le cas des OVNI, et je pense ici en particulier aux vagues d’OVNI qui impliquent un grand nombre de témoins, il y a une boucle dans la hiérarchie du modèle de Lucadou. La « personne focale » est la société, un système organisationnellement fermé qui en bout de ligne porte la signification. Une vague d’OVNI est un phénomène social qui ne peut être perçu que dans la mesure où il contient une confirmation (1ere vague en 1898 à l’aube de l’aviation, donc reconnaissable) et une nouveauté (objet volant aux propriétés inusités). Ceci s’accorde avec l’idée que les OVNI tendent à évoluer dans leur apparence comme étant quelques années en avance sur les réalisations aéronautiques humaines. De plus, comme le souligne le travail de recensement cité plus haut: "L’élusivité est généralisée à tous les grands travaux dont l’objectif est orienté vers la preuve du psi, du fait d’une relation d’incertitude entre « la taille d’effet d’un phénomène psi » et « la qualité de sa documentation ». C’est-à-dire qu’un phénomène psi est d’autant plus fort qu’il émerge dans un environnement « flou »." Le psi social me semble être la forme la plus floue de psi, et les OVNI le phénomène psi de la plus grande taille.

Les témoins sont des observateurs naïfs au début et critiques par la suite, puis la société referme la boucle en rejettant et en acceptant le phénomène. À savoir qu’une partie de la société rejette le phénomène en l’explicant officiellement par autre chose, il y a donc fiabilité dans la mesure où le discours officiel s’ajuste sans changer sa fonction. De même, une autre partie du social, accepte la réalité du phénomène OVNI et en ce sens change son comportement, et il a donc autonomie comme Lucadou le décrit. Ainsi, le social constitue à la fois un endosystème et un exosystème. Peut-on considéré les témoins individuels (naïfs et critiques) comme à l’intersection de l’endosystème et de l’exosystème? Pour respecter la notion de clôture organisationnelle, centrale dans le modèle de Lucadou, il me semble possible de considérer les témoins comme étant eux aussi dans un système clos, que l’on pourrait nommer le « mésosystème ». Ce mésosystème me semble prometteur dans le mesure où il a clairement un caractère dynatique qui déstructure le construit endo-exo.

Ces considérations sont plutôt abstraites, mais elles pourraient expliquer l’impasse de l’ufologie, car cette dernière se penche essentiellement sur le mésosystème dans le travail analytique de la HET (1e degré) et quelque peu sur l’exosystème dans la mesure où les tenants de la HET font aussi de la théorie critique. Inversement, la HPS travaille sur l’exosystème et fera un travail de critique surtout dans le cadre du mésosystème (la méprise continue des témoins). La HPN et la HET (2e degré) quant à elles tentent d’intégrer l’exosystème et le mésosystème en un seul système. Concrètement, les ultraterrestres ou les extra-terrestres, selon le cas, ne peuvent communiquer avec les témoins individuels (le mésosystème) qu’à partir d’une utilisation subtile de symboles et de référents culturels (l’exosystème), car la barrière de l’altérité entre nous et eux est trop grande. Dans tous les cas, l’endosystème ne fait pas partie de l’analyse. Ou plutôt il est évacué par décret dans la mesure où une force externe et hors d'atteinte (extra-terrestre, ultraterrestre, ou phénomène neurologique mystérieux) est utilisé pour décrire l'endosystème. Au moins l'hypothèse parapsychologique peut, par analogie, utiliser les recherches faites sur d'autres phénomènes psi.

Est-ce qu’en dehors des cas de vagues d’OVNI on peut toujours parler d’un mésosystème? Cela reste à éclaircir, mais le rapport entre les témoins et le phénomène peut être décrit en système clos, comme le font la plupart des ufologues. Ainsi, on pourrait penser à des témoins qui interagissent avec le phénomène sans en être la source, ni même avoir de rapport directe avec la source. La parapsychologie de laboratoire a déjà confirmé ce genre d'interactions comme possible. L’absence de distinction entre la personne focale et les observateurs chez les témoins me semble militer pour le maintien du mésosystème. Reste à savoir quelle formule MPI serait la meilleure pour décrire l'information au sein du mésosystème.

3 commentaires:

Raoul a dit…

Je trouve que l'on va un peu vite pour dire qu'il n'y a pas de "sujet psi" dans le phénomène OVNI. Dire qu'il ne s'agit pas d'un cadre expérimental n'est pas un argument suffisant. Le Poltergeist n'est pas un cadre expérimental non plus. La position du témoin faisant un récit d'OVNI est focale, quoi qu'en fasse les ufologues. Le mythe du "sujet psi" (personne focale chez Lucadou) est de dire que c'est elle qui produit les phénomènes psi du fait de ses capacités insoupçonées. C'est justement contre cette idée que se dresse le MPI. Mais néanmoins, le rôle de la personne focale est important. Mais si cette personne peut changer de rôle au cours du phénomène (devenant observateur critique par exemple), elle est dans le premier temps de la phase de surprise dans un état de participation non-critique (on pourrait presque dire : participation mystique).

Il y a effectivement un problème, dû peut-être à la manière dont sont faîtes les investigations ufologiques, pour discriminer entre personne focale et observateurs dans les cas d'OVNIs. Que faire d'un collectif de témoins ? Je pense qu'une propriété systémique permet de discriminer - de façon quelque peu arbitraire - entre personne focale et observateurs naïfs. Les personnes focales participent au phénomène lors d'une phase de surprise sans se rendre compte qu'ils observent quelque chose de surprenant. Dans les poltergeists, on a ainsi nombre de personnes qui rapportent des EMC de type oniroïde ("pinces-moi je rêve"), où il ne leur vient pas à l'esprit d'utiliser un appareil photo par exemple. Je crois que l'on retrouve ces témoins stupéfaits en ufologie. Quant aux observateurs naifs ou critiques, ce sont ceux qui, sans idée sur la nature de ce qu'ils doivent observer (pas d'hypothèses), observent avec une certaine distance d'objectivation. Dans un poltergeist, ce sont souvent les parents qui viennent voir ce que leur gamin épeuré leur rapporte. Dans l'ufologie, on pourrait peut-être discriminer cette seconde couche de témoins qui tentent d'objectiver le phénomène après qu'on leur ai dit "Regardez là !".

Je ne suis pas sûr de vouloir suivre le basculement d'une "société" en "personne focale". Mais il faut que j'y réfléchisse. Le psi social ne me semble pas propre aux OVNIs : les apparitions mariales sont beaucoup plus productives socialement. Un phénomène psi comme "marcher sur l'eau" ou "X voit l'apparition posthume de J" sont tout à fait susceptibles de modifier fondamentalement une société pour plus de 2000 ans. Ce n'est pas tant le nombre de témoins ou la matérialité du phénomène qui importe, mais le message véhiculé qui ne correspond bien souvent pas exactement à ce que les personnes focales y entendent à elles seules.

Je ne crois pas qu'on puisse parler d'environnement flou en parlant d'une société. La multiplication des observateurs critiques et des moyens de documentation du phénomène conduisent au contraire à sa disparition. On peut faire une analogie avec le phénomène de "la rumeur" qui ne se déplace que dans un environnement flou. Chaque essai pour documenter la rumeur conduit à sa suppression à plus ou moins court terme (Elle subit l'examen "info ou intox" qui permet une décision).

Je crois qu'avant de parler de mésosystème, il faudrait une meilleure connaissance de l'endosystème. Or, la volonté scientifique des ufologues comme des parapsychologues conduit souvent ceux-ci à se trouver en exo-perspective. Ils documentent les phénomènes mais n'y assistent pas. Les motivations psychodynamiques apparaissent rarement, comme si ces informations ne concernaient pas directement la matérialité du phénomène.

Stéphan Keel et Eric Vallée a dit…

Par Eric

« Je trouve que l'on va un peu vite pour dire qu'il n'y a pas de "sujet psi" dans le phénomène OVNI. » Il y a peut-être un problème de terminologie ici. D’après mes lectures, un « sujet psi » est un terme utilisé dans un cadre de laboratoire, alors que personne focale semble être utilisé pour décrire un sujet en dehors du cadre de laboratoire. Si « sujet psi » a un sens plus vaste, alors il faut revoir.

Je pense que Lucadou gagnerait à être plus clair. Si « de dire que c'est elle qui produit les phénomènes psi du fait de ses capacités insoupçonées. C'est justement contre cette idée que se dresse le MPI. Mais néanmoins, le rôle de la personne focale est important. », alors je ne suis pas certain de ce qu’il cherche à dire. Qu’est-ce que Lucadou considère comme être à la source des phénomènes de Poltergeist? Que l’endosystème ne se comprenne que de l’intérieur, et si j’ai bien compris, cela nous échappe, alors il ne fait que repousser l’explication à plus tard en créant une « boîte noire » au sens de la théorie cybernétique. Si c’est le cas je commence à douter de l’utilité du MPI dans la mesure où il s’agit plutôt d’un outil de description que d’explication. Mais peut être que je ne comprends pas ce qu’il cherche à dire.

Il y a souvent des témoins stupéfaits en ufologie, et d’autres qui sont appelés à regarder par la suite. Mais est-ce suffisant pour considérer le ou les témoins stupéfaits comme ayant « un rôle important » dans le phénomène? Ils ont un rôle important dans la mesure où ce sont eux qui rapportent la chose. Si on s’en tient seulement au « mouvement » de l’information sans chercher à comprendre la génèse du phénomène (dans le sens de l’endosystème) alors cela tient le coup. Mais si on cherche à ouvrir la « boîte noire », nous sommes guère plus avancé.

Vu simplement sous l’angle du « mouvement » de l’information, je suis d’accord que la "société" ne peut constituer une "personne focale", car son rôle est selon moi à l’intérieur de la « boîte noire ».

« Le psi social ne me semble pas propre aux OVNIs : les apparitions mariales sont beaucoup plus productives socialement. » Je suis d’accord que le psi social s’applique à d’autres phénomènes. Mais si on prend le temps de compter le nombre de livres, articles, revues, films, séries télé, site web, sondage d'opinion, etc., qui touchent à la question OVNI par rapport à la Vierge depuis 1950, je pense que les OVNI peuvent être déclarés comme les plus productifs socialement dans le dernier demi-siècle, sans le moindre doute.

« La multiplication des observateurs critiques et des moyens de documentation du phénomène conduisent au contraire à sa disparition. On peut faire une analogie avec le phénomène de "la rumeur" qui ne se déplace que dans un environnement flou. Chaque essai pour documenter la rumeur conduit à sa suppression à plus ou moins court terme ». Je pense que chaque tentative supprimer la rumeur OVNI mène au contraire à une multiplication du phénomène. La croyance au phénomène ne cesse de croître, et les observations demeurent élevées. Il ne faut pas surestimer le pouvoir du discours de la science officielle et d’organismes comme CSICOP. En fait, leur attitude souvent méprisante envers les témoins et les « gens ordinaires » ne fait que renforcer leur croyance. Un phénomène social bien connu.

« Je crois qu'avant de parler de mésosystème, il faudrait une meilleure connaissance de l'endosystème. » Je veux bien, mais le MPI me semble adopter l’approche cybernétique de la boîte noire et en ce sens cherche à rester en dehors de l’endosystème. Encore une fois, peut-être que je ne comprends pas ce que Lucadou cherche à dire.

« Les motivations psychodynamiques apparaissent rarement, comme si ces informations ne concernaient pas directement la matérialité du phénomène. » C’est bien pour cette raison que je cherche dans le social la génèse du phénomène, même si je pense qu’il puisse être plus individuel (ou psychologique) dans certains cas, et plus social dans d’autres (comme les vagues d’OVNI, p. ex. la vague de Washington en 1952 et le McCarthysme).

Raoul a dit…

Je pense que le terme "sujet psi" a un sens plus large. Mais c'est vrai que la terminologie de Lucadou impose le terme "focus person" (Fokusperson). Les français - comme Favre - parleraient de sujet psi.

Je vais te donner ma version du MPI. Lucadou a peut-être une autre idée sur l'étiologie de la RSPK. Le MPI implique une description. L'explication arrive après-coup, mais cela est due à la nature du phénomène. Il me semble difficile de donner une explication prédictive précise d'une cause d'une RSPK. D'une part, il s'agit d'une cause impliquant des facteurs psychologiques (individuels et collectifs). D'autre part, cette cause n'est pas consciente a priori (la dialectique avec les phénomènes et le contexte permet de faire émerger le message). Enfin, l'explication prédictive et précise implique que l'effet psi soit fiable et confirme une hypothèse, ce qui va contre sa nature. Il s'agit "temporairement" d'une sorte de boîte noire qu'on arrive à analyser rétroactivement. C'est en fait le cas de toute finalité (je fais le lien avec Favre, pas Lucadou). Le MPI ne décrit pas les effets d'une cause, mais les moyens d'une fin pas spontanément évidente. Généralement, quand on trouve le trouble psychologique derrière le RSPK, le phénomène se dissoud. Parfois, il se maintient des années parce que la finalité du phénomène n'est pas travaillé ou alors que cette finalité est préférée à toute autre économie psychique (individuelle ou collective).

Je pense que tu sous-évalues la littérature et l'activité autour des apparitions mariales. Les lieux ufologiques ne déplacent pas des millions de pélèrins. Ou alors, c'est moi qui sous-évalue le phénomène OVNI...

Mon analogie avec la rumeur n'était peut-être pas heureuse. Parler d'une rumeur, c'est l'entretenir. Néanmoins, on pourrait tout de même différencier les observateurs naïfs qui présentent la rumeur sans l'alternative "info ou intox" et les observateurs critiques. Dans les RSPK, l'intervention des observateurs critiques modifient également le phénomène. C'est un renforcement. Mais ce renforcement est différent de l'intervention des observateurs naïfs (cf. Lucadou & Zaradhnik, 2004).

On peut tout à fait chercher dans le psi social la genèse du phénomène. Finalement, le phénomène est susceptible de toutes les interprétations à base imaginaire (psychologique) car celles-ci sont rétroactives et non-reproductibles par nature. Par exemple, pour une explication en termes de conflit psychologique, on obtient toujours des subtilités subjectives dans la description du conflit (je n'ai encore jamais vu deux fois le même problème psychologique occasionnant un poltergeist). L'explication en termes sociaux trouvera surement la même plasticité au niveau microculturelle.

Pour avancer dans le débat, j'ai demandé à Lucadou s'il avait déjà écrit quelque chose sur les OVNIS. Il n'a rien écrit, mais a fait une communication (DEGUFO-Meeting, Octobre 2003). Christoph Krüger en a fait un compte-rendu dans le DEGUFORUM (Décembre 2003). J'ai traduit de l'allemand la partie la plus intéressante... en exclu pour ton site !:
"Finalement, nous devons nous poser la question : les observations d’OVNI, les rencontres rapprochées avec des entités non-terrestres et les vécus d’enlèvement sont-elles des formes particulières d’apparitions parapsychologiques ? Un élément va dans le sens de cette hypothèse, celui de l’inaccessibilité des phénomènes. On ne peut convenir d’aucun rendez-vous une semaine à l’avance avec les entités extra-terrestres, afin de montrer par exemple l’atterrissage d’un vaisseau spatial à un vaste public. Les contactés ne le sont qu’à l’improviste, souvent en pleine nuit. Ce fait est bien connu, même s’il est souvent interprété comme étant de la retenue politiquement motivée de la part des visiteurs. Cependant, il pourrait également s’agir d’une collaboration avec les associations non-locales spontanées en deçà de l’observation consciente. Cherchons les conflits éventuellement provoqués. Depuis plus de 50 ans, dans tous les continents et tous les pays, des cas d’OVNIs ont été enregistrés qui feraient appel à une cause collective. Les problèmes impliqués concerneraient toute l’humanité, comme la peur d’une guerre atomique, la pollution de l’environnement et aussi le sentiment d’être sur une terre infiniment petite et solitaire dans l’univers infini. Un engagement politique positif et conscient en faveur du désarmement, de la protection de l’environnement et de la recherche d’espace cosmique paisible conduirait, d’une part, à succomber aux apparentes rencontres extra-terrestres préactivées par la nostalgie et les craintes de notre subconscient collectif, et augmenterait, d’autre part, la vraisemblance des contacts réussis avec des civilisations extraterrestres avancées."